russie-ukraine

Les bénéfices des entreprises sous pression par la hausse des prix due à la guerre

La part des biens et services de la Russie et de l'Ukraine dans le commerce mondial est limitée. Pourtant, l'impact de la guerre sur l'économie mondiale est considérable. Ceci tient principalement à la perte de confiance, à la hausse des prix du pétrole, du gaz et de nombreuses matières premières et à la perturbation successive de la chaîne commerciale. En conséquence, la rentabilité de nombreux secteurs est soumise à de fortes pressions

Contrairement à l'invasion de la Crimée en 2014, la guerre actuelle provoque une énorme onde de choc sur les marchés des matières premières. Les prix du pétrole et du gaz ont atteint des sommets. Les cours du blé ont augmenté de 40%. Et le commerce du nickel à la Bourse des métaux de Londres a dû être suspendu le mois dernier. Depuis lors, les prix des matières premières ont quelque peu baissé, mais ils restent à des niveaux élevés.

Les entreprises en souffrent. Dans certains secteurs, la majorité des coûts d'exploitation sont des achats liés aux matières premières. Par exemple, 80 % des coûts d'exploitation du secteur métallurgique sont liés à l'énergie et aux métaux. Dans le secteur agro-alimentaire 60% de ces coûts sont liés aux matières premières agricoles.

La pression sur les prix est également forte pour les matières premières cruciales pour l'électronique : le palladium pour les puces et les capteurs ; les gaz néon, xénon et krypton pour le traitement lithographique des semi-conducteurs. Même avant la guerre, il y avait des tensions du côté de l'offre. La crise actuelle accroît la pression et les pénuries. Le secteur automobile est touché puisque la Russie produit de l'aluminium, du nickel et du lithium qui sont essentiels pour les batteries des véhicules électriques.

Les niveaux actuels des prix du pétrole, du gaz et des matières premières resteront-ils aussi élevés tout au long de l'année ? Si tel est le cas, les secteurs de l'énergie et des métaux seront les plus durement touchés. En effet, ils ont un pouvoir de fixation des prix relativement faible. Cela signifie qu'il leur est difficile de répercuter les coûts d'achat plus élevés sur leurs clients. Toutefois, les deux secteurs resteront rentables aux niveaux de prix actuels.

Une nouvelle hausse des prix des matières premières pourrait anéantir tous les profits dans certains secteurs. Au cas où le prix du pétrole Brent se stabiliserait autour d'une moyenne de 140 dollars le baril, le secteur du transport aérien sera dans le rouge si les compagnies aériennes ne peuvent répercuter l'augmentation des coûts sur les consommateurs. D'autres secteurs, comme celui de la chimie, ont beaucoup plus de marge de manœuvre. Le secteur des métaux est doublement touché, à la fois par le prix élevé du pétrole et par la hausse des prix des matières premières. Tous deux représentent une grande partie de leurs coûts d'exploitation.

Une nouvelle hausse de 15 % des prix des métaux industriels pourrait ramener à zéro la rentabilité du secteur de l'électroménager si la hausse des coûts ne peut être répercutée sur les consommateurs. Une nouvelle hausse de 60% des prix des matières premières agricoles ou de 50% des prix des métaux aurait le même effet sur les secteurs de l'agroalimentaire et des métaux. À l'autre extrémité du spectre, les ordinateurs, les télécommunications et les produits chimiques semblent être en mesure d'absorber la hausse des prix des matières premières.

Si la guerre s'intensifie et que l'économie mondiale entre dans notre scénario de black-out (entraînant une hausse continue des prix des matières premières), les services de détail et de loisirs en prendront également un coup. Les dernières données sur la mobilité montrent déjà que les consommateurs américains, français, allemands et britanniques sont moins enclins à se rendre dans les magasins et les restaurants. Si le coût des denrées alimentaires et les factures mensuelles d'énergie continuent à augmenter, il est évident que les consommateurs reporteront ou supprimeront des dépenses non essentielles.
La crise du coronavirus et les aides de l'État consécutives ont artificiellement ramené le taux de faillites à un niveau très bas. Une crise prolongée retardera encore la normalisation de leur taux. Si les prix de l'énergie et des matières premières continuent à augmenter, certains gouvernements réintroduiront des programmes de soutien aux entreprises. Le gouvernement français a annoncé le 16 mars des mesures de soutien qui pourraient atteindre 130 milliards d'euros d'ici 2022. Le gouvernement propose jusqu'à 30 milliards d'euros de subventions énergétiques et jusqu'à 100 milliards d'euros de prêts supplémentaires garantis par l'État. Ces mesures empêchent les entreprises de faire faillite. Nous nous attendons maintenant à ce que les faillites augmentent d'un modeste 8% en 2022.

78 results

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

juin 13, 2024

Les touristes confrontés à des prix plus élevés cet été

Les touristes doivent s’attendre à une forte hausse des prix des hôtels et des billets d’avion cet été. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’assureur-crédit Allianz Trade. En savoir plus.

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

78 results