Si la crise de la Mer Rouge se prolonge encore pendant plusieurs mois, elle sera sensible pour l'économie mondiale. L'approvisionnement en marchandises devient nettement plus coûteux. De plus, le ralentissement est important. En conséquence, la croissance du PIB mondial ralentit de -0,4 % et l'inflation augmente de +0,5 %. C'est ce qu'a estimé notre département de recherche.

Un tiers du trafic mondial de conteneurs et 40 % des échanges entre l'Asie et l'Europe passent par la mer Rouge. Certaines compagnies maritimes changent d'itinéraire et choisissent de contourner l'Afrique. Au cours des deux dernières semaines, le nombre de cargos passant par le canal de Suez a chuté, de 30 % pour les cargos et de 19 % pour les pétroliers. Le nombre de navires autour du Cap de Bonne Espérance a presque doublé au cours de la même période (le nombre de cargos a augmenté de +66%, celui des pétroliers de +65%).

Johan Geeroms, notre Directeur Risk Underwriting Benelux : « L'économie mondiale traversant une période plus faible, l'impact de la perturbation de la chaîne d'approvisionnement reste relativement faible aujourd'hui. La demande aux États-Unis et en Europe a diminué de 10 % par rapport à 2021 et les stocks sont encore relativement élevés. Mais si la crise se prolonge pendant plusieurs mois, l'économie mondiale en subira les conséquences. »

Prenons l'exemple de l'énergie : 12 % des pétroliers empruntent le canal de Suez qui relie la mer Rouge à la Méditerranée. Pour le gaz liquéfié, le chiffre est de 8 %. La crise entraînera une nouvelle hausse des prix de l'énergie en Europe. C'est une mauvaise nouvelle pour les citoyens et les entreprises.

 Le prix du transport par conteneur a plus que doublé en deux mois (+240%). Pourtant, il ne représente encore qu'un quart du pic atteint en 2021. Outre la faiblesse de la demande et l'augmentation des stocks, le fait que l'industrie du transport maritime ait augmenté sa capacité avec de nouveaux porte-conteneurs est un facteur. Le risque de hausse est important, mais reste nettement inférieur à celui de 2021.

C'est en Europe que l'impact de l'augmentation des coûts de transport est le plus important. Dans quelques mois, si le conflit persiste, cela augmentera l'inflation européenne de +0,7 point de pourcentage. La croissance de l'économie européenne subira alors une baisse de -0,9 point de pourcentage.

Johan Geeroms : « Les économies européenne et américaine sont en équilibre précaire. Cette perturbation pourrait pousser dans la mauvaise direction. En Europe, nous essayons de sortir de la récession. Cette crise freine la reprise. De nombreuses entreprises sont déjà en difficulté avec des marges réduites. Le nombre de faillites sera certainement plus élevé que prévu. »

77 results

secteur-construction

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

enquete-exportateurs

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

epargne-europeenne

avr. 19, 2024

Les Belges ont de plus en plus d’argent

Le montant moyen que les Belges ont économisé par an au cours des 20 dernières années est de 2 380 euros.C'est ce qui ressort de notre rapport sur les capitaux privés dans les principaux pays de l'UE.

77 results