Comme chaque année, nous avons répertorié les chiffres des faillites de 44 pays au moyen de l’Indice Mondial d’Insolvabilité. La tendance est claire : le nombre de faillites s’accélère. La hausse de 21 % au niveau mondial est liée au ralentissement de la croissance et au resserrement des conditions de crédit.

Après cette forte augmentation en 2023, le nombre de faillites dans le monde augmentera encore de 4 % l’année prochaine. Selon les chercheurs, 3 pays sur 5 dépasseront encore en 2024 leur niveau pré-pandémique de faillites, tandis que la Belgique atteindra son niveau pré-pandémique de 2019 dès 2023.

Après avoir terminé dans le top 3 du nombre de faillites le plus élevé de la zone euro (+42 %) en 2022 avec 9 265 faillites, la Belgique reviendra en 2023 à son niveau pré-pandémique de 2019 avec une hausse de 6 %, soit 9 850 faillites.

Ce score élevé en 2022 est le résultat d’une forte augmentation dans presque tous les secteurs. Par exemple, les services B2B et les activités d’hébergement et de restauration ont connu des hausses respectivement de 27 % et 55 %. D’autres secteurs ayant un poids spécifique élevé dans l’économie belge, comme le transport/stockage et la construction, ont connu des taux d’augmentation de 36 % et 38 % respectivement, ce qui a conduit au niveau pré-pandémique de faillites.

Nous prévoyons que la Belgique enregistrera encore plus de faillites dans les années à venir en raison du climat économique et financier difficile : +6 % en 2023 avec 9 850 faillites et +3 % en 2024 avec 10 170 faillites. Cela signifie également un nombre supérieur à la moyenne sur la période 2015-2019, avant la baisse artificielle de 2020-2021 créée par les aides gouvernementales durant la crise du coronavirus.

Johan Geeroms, notre Directeur Risk Underwriting Benelux : « La poursuite de la hausse du nombre de faillites en 2023 et 2024 s’explique par les prévisions de croissance du PIB relativement faibles, cette croissance étant une condition indispensable à la diminution des faillites (la BNB évalue la croissance du PIB à seulement 0,6 % pour 2023), par la pression continue sur la rentabilité et par le resserrement des conditions de financement à plus long terme. En conséquence, la Belgique repassera au-dessus de la barre des 10 000 faillites annuelles d’ici à 2024. »

Il y a de grandes différences entre les pays, comme au Royaume-Uni, où l’on a enregistré une hausse de +51 % l’année dernière et de +16 % actuellement. La France fait encore mieux, avec +48 % l’an dernier, et encore +41 % cette année. Il convient de noter la plus forte augmentation de +52 % aux Pays-Bas, après la forte baisse de -43 % en 2021 et la hausse de +18 % en 2022. De nombreuses PME y sont aujourd’hui confrontées à des problèmes de paiement des dettes corona et d’arriérés d’impôts. Nous prévoyons une nouvelle augmentation de +8 % en 2024. En chiffres absolus, cela représente 3 270 faillites en 2023 et 3 530 en 2024. Alors que la moyenne annuelle sur 2017-2019 était de 3 760 faillites. Les Pays-Bas, avec +52 %, et les États-Unis, avec +49 %, se situent dans le groupe de tête peu enviable au niveau mondial.

En ce qui concerne la zone euro, Johan Geeroms estime que la forte augmentation du nombre de faillites n’est pas vraiment une surprise. « Les bénéfices sont sous pression, en partie à cause de la hausse des salaires et des coûts énergétiques et financiers supplémentaires. La résilience des entreprises les plus vulnérables est mise à rude épreuve. Cette situation est particulièrement problématique dans les secteurs qui peinent à augmenter leurs prix en raison d’une forte concurrence. »

Selon Johan Geeroms, le commerce de détail, les transports et la construction sont particulièrement vulnérables. De grandes entreprises sont également susceptibles de disparaître. « Notre rapport montre clairement que le nombre de faillites d’entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 millions d’euros dépasse déjà le niveau antérieur à la pandémie. Ces grandes entreprises entraînent généralement dans leur sillage toute une série d’entreprises plus petites. »

Il est frappant de noter que la Chine est relativement épargnée par l’augmentation du nombre de faillites, avec seulement +4 % cette année et +5 % l’année prochaine. Johan Geeroms : « L’économie y profite pleinement de la reprise. Toutefois, quelques mises en garde s’imposent. Le secteur immobilier, par exemple, n’est guère en bonne santé. »

77 results

secteur-construction

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

enquete-exportateurs

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

epargne-europeenne

avr. 19, 2024

Les Belges ont de plus en plus d’argent

Le montant moyen que les Belges ont économisé par an au cours des 20 dernières années est de 2 380 euros.C'est ce qui ressort de notre rapport sur les capitaux privés dans les principaux pays de l'UE.

77 results