Après deux belles années de reprise, la croissance est en perte de vitesse dans le secteur du transport et de la logistique. Les marges sont sous pression en raison de l'augmentation des coûts sur un large front, les coûts du carburant et de la main-d'œuvre étant les plus préoccupants. En même temps, la pression pour innover est intense. Des solutions intelligentes sont nécessaires pour travailler plus efficacement et, surtout, de manière plus durable. L'électrification est imminente, mais à une époque où les marges se réduisent, de tels investissements représentent une (trop) grosse dépense pour de nombreuses entreprises. Il est possible que le secteur connaisse une certaine reprise en 2024, mais celle-ci ne sera pas rapide dans l'environnement économique et géopolitique actuellement instable dans lequel des taux d'intérêt plus élevés freinent également les investissements.
Le problème de l’augmentation continue des coûts est qu'il est de plus en plus difficile de la répercuter sur les clients. Il est probable que les entreprises s'excluent elles-mêmes du marché par leurs prix. Cette probabilité augmente à mesure que la demande du marché diminue (en partie à cause de la baisse des dépenses de consommation et de la réduction des stocks des entreprises). Le commerce international se contracte et, en partie à cause de l'économie chancelante de l'Allemagne, le moteur économique de l'UE, la demande de l'industrie est en baisse. Compte tenu de l'affaiblissement des perspectives économiques (en particulier aux États-Unis et en Europe), nous prévoyons une baisse des nouvelles commandes à la fin de 2023 et au début de 2024. Les transports routiers et fluviaux, en particulier, sont donc confrontés à une contraction. Le transport aérien de passagers et les transports publics échappent à cette règle.

Pour les entreprises de transport, les coûts de main-d'œuvre constituent le poste de coût le plus important. En raison des pénuries de main-d'œuvre et de l'inflation, le coût de main d’œuvre a fortement augmenté. Si d'autres coûts, tels que le carburant, peuvent diminuer avec le temps, ce n'est pas le cas des salaires, qui restent élevés et ne font qu'augmenter. Heureusement, le package européen sur la mobilité est en vigueur (réglementation de Bruxelles), ce qui a permis de limiter la concurrence déloyale avec les chauffeurs bon marché d'Europe de l'Est.

Outre les salaires, le prix du carburant est également crucial pour les transporteurs (et en particulier pour le transport routier). Un cinquième des coûts est déterminé par le carburant. Il est vrai que les prix de l'énergie et des carburants se sont légèrement normalisés, mais ils restent élevés. L'industrie ne se débarrassera pas facilement du diesel coûteux. 

Dans de nombreuses régions du monde, le secteur est confronté à une pénurie de personnel qualifié. Il n'y a pas seulement une pénurie de chauffeurs routiers, mais aussi une pénurie d'employés dans les entrepôts. Cela peut ralentir les opérations et augmenter les coûts. Les innovations technologiques (solutions d'IA et de robotisation) permettront peut-être d'automatiser davantage certaines tâches de manutention logistique. En particulier dans l'administration et pour le travail en entrepôt. Cela permettrait au personnel disponible d'effectuer d'autres tâches.

Avec l'émergence de la digitalisation, d'autres professionnels sont également nécessaires. Les connaissances et les compétences souhaitées changent. Le traitement des données et des systèmes en ligne devient de plus en plus important. Cela s'applique à tous les domaines : de la planification aux achats, en passant par la qualité et la gestion des stocks. Les robots ont également de plus en plus besoin d'être contrôlés. L'utilisation de la robotique devient de plus en plus courante, notamment dans le cadre du processus logistique. Cette robotisation va continuer à se développer. Les tâches des travailleurs des entrepôts et des ports évoluent en conséquence. Le besoin de personnel qualifié pour assurer le fonctionnement optimal des robots se fait de plus en plus sentir.

Le transport et la logistique sont des secteurs à forte intensité de capital. Cela vaut non seulement pour l'achat de matériel de transport (avions, bus, camions, bateaux, etc.), mais aussi pour les coûts d'entretien élevés. La persistance de taux d'intérêt élevés pèse lourd dans la balance. Surtout si l'on considère les innovations nécessaires dans le domaine de l'environnement et de la durabilité. Le poids de la dette du secteur est relativement élevé.

Les transports publics ont presque retrouvé leur niveau d'avant la pandémie, même si les habitudes de déplacement ont changé.

Les voyageurs d'affaires voyagent prennent moins le train, tandis que les voyageurs de loisirs sont plus nombreux.

Le boom du commerce en ligne et de l'expédition de colis est terminé. Après une baisse, la normalisation semble désormais de mise dans l'expédition de colis, mais à un niveau plus élevé qu'avant la pandémie. Toutefois, nous constatons que les consommateurs sont de plus en plus sensibilisés aux questions environnementales, ce qui pourrait ralentir les achats en ligne.
  1. Des règles environnementales plus strictes
    La société fait de plus en plus pression pour réduire les émissions de CO2. Le transport et la logistique représentent un quart des émissions mondiales de CO2. Les transporteurs ne peuvent pas se soustraire à la transition verte. Des investissements supplémentaires seront nécessaires pour rendre les camions, les navires et les avions écologiques (électrification). Mais ce ne sera pas facile. Les chances de voir voler d'ici 2030, par exemple, des avions de passagers plus grands, alimentés par des batteries ou de l'hydrogène, semblent minces.

    D'ici à 2050, l'UE veut être neutre sur le plan climatique. Selon les plans de la Commission européenne, les émissions des nouveaux camions devront diminuer de 45 % d'ici la fin de la décennie en cours. D'ici 2040, la baisse devra atteindre 90 %, ce qui permettrait aux seuls camions électriques d'entrer sur le marché. D'ici à 2025, environ 3 % des camions neufs vendus devraient être électriques. Dans l'ensemble du secteur, la question de la durabilité devra être abordée. De même, avec l'avènement d'un nombre croissant de zones à émissions nulles.
  2. Le rôle de la technologie
    Qu'il s'agisse de résoudre les problèmes de pénurie de main-d'œuvre ou d'optimiser les chaînes d'approvisionnement, le rôle des technologies modernes est crucial. Pensez à l'application de l'IoT (Internet des objets), de la blockchain et de l'analyse avancée pour optimiser les processus, améliorer l'efficacité et réduire les coûts. Grâce aux nouvelles technologies, les acteurs des chaînes d'approvisionnement (par exemple les expéditeurs, les transporteurs et les transitaires) sont de plus en plus connectés, ce qui permet aux entreprises de faire face aux perturbations de la chaîne avec plus de souplesse et d'efficacité. Une intervention plus rapide est donc possible. Cela peut constituer un avantage décisif, en particulier sur les marchés très concurrentiels.

    Les nouveaux systèmes devraient également répondre aux demandes des clients en matière de transparence et de visibilité en temps réel de leurs expéditions.
  3. Coopération et économies d'échelle
    Pour des raisons de coûts et pour répondre aux besoins et exigences croissants des clients et des gouvernements, la collaboration au sein de l'industrie s'intensifie. Tant en termes de transport que de logistique. Pensez à l'organisation et à l'achat de transports en commun, à l'utilisation conjointe de centres de distribution et à l'investissement collectif dans les systèmes numériques et les bases de données.

    Outre une coopération de plus en plus poussée, nous constatons également que les économies d'échelle se poursuivent. La reprise de sociétés de transport concurrentes ailleurs dans le monde permet d'organiser les services mondiaux de manière plus directe. Le rapport coût-efficacité est également un facteur à prendre en compte.
  4. Augmentation du nombre de faillites
    Allianz Trade s'attend à ce que le nombre de faillites augmente de 21 % en 2023. Des secteurs tels que le commerce, le transport et la logistique montrent également une nette augmentation. Les coûts élevés pèsent sur les marges et il est de plus en plus difficile de garder la tête hors de l'eau. En outre, de nombreux petits transporteurs travaillent en sous-traitance pour des acteurs plus importants. Si la situation se dégrade dans le secteur, ces plus petites entreprises seront les premières à disparaître.

    Lorsque l'économie est en berne, les entreprises s'entraînent les unes les autres dans leurs problèmes. Les flux de trésorerie sont sous pression car de nombreuses entreprises attendent plus longtemps pour payer leurs factures. Cela crée un effet domino : une entreprise en fragilise une autre. Conséquence logique : la probabilité d'un défaut de paiement et d'une faillite augmente. Même les entreprises saines peuvent être affectées.
Les factures impayées et les faillites soudaines d'acheteurs peuvent être amorties par la souscription d'une assurance-crédit. Nous avons une solution pour chaque type d'entreprise, qu'il s'agisse d'une PME ou d'une multinationale. Les solutions que nous pouvons vous aider sont les suivantes :
  • Assurance-crédit : cette assurance protège votre entreprise contre les risques de non-paiement par les clients. Elle peut s'avérer utile lors de la conclusion de nouvelles transactions commerciales, où le risque de non-paiement peut être présent.
  • Assurance-crédit pour l'exportation : si vous exportez des biens ou des services, nous pouvons vous aider à protéger vos exportations contre des risques tels que les catastrophes, les troubles politiques ou le non-paiement.
  • Gestion des risques : nous offrons des services complets de gestion des risques pour vous aider à identifier et à gérer les risques commerciaux et de paiement parmi vos clients et prospects. Cela vous permet de vérifier leur solvabilité. Et nous prenons en charge les activités de recouvrement.
stijgende-kosten

78 results

secteur-construction

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

tourisme

juin 13, 2024

Les touristes confrontés à des prix plus élevés cet été

Les touristes doivent s’attendre à une forte hausse des prix des hôtels et des billets d’avion cet été. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’assureur-crédit Allianz Trade. En savoir plus.

enquete-exportateurs

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

78 results