2023 est une année difficile pour le secteur belge de la construction. En partie à cause de la hausse des taux d'intérêt et du ralentissement de l'économie, la demande du marché est en baisse. Le secteur est aux prises avec des coûts de matériaux élevés, des coûts salariaux en hausse et des marges en baisse. Les faillites sont également en hausse. En partie pour ces raisons, les entreprises de construction sont de plus en plus confrontées aux impayés.

À plus long terme, nous sommes positifs pour le secteur de la construction, en partie parce que nous prévoyons une forte vague de rénovations pour rendre les maisons plus durables. Les entreprises sont également confrontées à une transition énergétique. L'objectif européen d'être climatiquement neutre d'ici 2050 augmentera la demande de travaux de rénovation et d'isolation. La construction neuve demeure également importante en raison de la pénurie croissante de logements abordables.

Il semble que la Belgique sera à l'abri d'une récession en 2023, mais la croissance économique est minime. L'incertitude économique rend les entreprises et les particuliers prudents. La rénovation et l'achat de maisons sont reportés. Dans le même temps, les entrepreneurs sont aux prises avec des coûts de matériaux qui restent élevés. Il est vrai qu'il y a quelques baisses ici et là, mais les prix restent historiquement élevés. L'évolution future des coûts des matières est également très incertaine. Il est donc difficile pour les entreprises de construction d'émettre des devis. Des clauses de révision sont souvent incluses à cette fin. Surtout maintenant que la demande diminue, il devient encore plus difficile pour les entrepreneurs de répercuter entièrement les coûts de matériaux plus élevés.

Du fait de l'indexation, les coûts salariaux continuent d'augmenter. Comme le secteur est aux prises avec une pénurie de travailleurs, la pression sur les salaires se poursuivra au cours de la période à venir. Le personnel de construction embauché devra souvent être requalifié en raison de l'application de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques. Cela nécessite également des investissements supplémentaires de la part des entreprises de construction.

Les entreprises de construction se tournent de plus en plus vers l'automatisation de la production. Cela demande des compétences spécifiques. Le chômage est déjà faible, mais en plus de cela, il y a une énorme pénurie de personnel technique et informatique adapté. La demande est plusieurs fois supérieure à l'offre. En Belgique, il y a aussi le problème du bilinguisme. La population vieillissante augmente également. La pénurie de personnel qualifié constitue une menace sérieuse pour la réalisation des objectifs climatiques en 2050. Afin de trouver des solutions, les groupes de construction ont créé leurs propres « académies » pour former et requalifier leur propre personnel.

Nous prévoyons une croissance négative (limitée) pour l'ensemble du secteur de la construction, à l'exception de la production d'ouvrages de génie civil. Celui-ci augmentera de quelques pour cent cette année. Principalement grâce aux investissements gouvernementaux dans les projets d'énergie propre et d'infrastructure. La rénovation énergétique (chauffage, ventilation, isolation et énergies renouvelables) bénéficie également d'un soutien de l'État sous forme de réduction de TVA.

Pour atteindre les objectifs climatiques de 2050, une modification majeure de nombreuses habitations existantes est nécessaire. Cela signifie un investissement important pour les propriétaires, surtout compte tenu des coûts historiquement élevés des matériaux de construction et des installations techniques telles que les panneaux solaires et les pompes à chaleur. En compensation, ils recevront une facture énergétique inférieure. De nombreux particuliers (notamment les plus modestes) retardent les adaptations énergétiques nécessaires. Il y a aussi beaucoup d'incertitudes quant à la meilleure solution pour l'isolation, les panneaux solaires et le chauffage.

Le nombre de permis accordés pour de nouveaux projets de construction a diminué de manière générale au cours de l'année écoulée. Tant pour les maisons individuelles et les appartements que pour les biens immobiliers non résidentiels. Dans ces derniers, la tendance est à la baisse tant pour les projets neufs que pour la rénovation de l'immobilier commercial existant. De nombreuses raisons influencent l'octroi de permis, telles que des normes environnementales plus strictes, la hausse des coûts de construction et des prix des terrains, des taux d'intérêt plus élevés, des réglementations plus strictes et une raréfaction des terrains. Mais ce qui est particulièrement frappant, c'est la lenteur du gouvernement à accorder les permis.

La Banque mondiale a examiné l'octroi de permis dans 208 pays. La Belgique figure en queue de peloton, loin derrière les pays voisins que sont l'Allemagne et les Pays-Bas et aussi loin derrière d'autres grands pays de l'UE. Seule la France fait moins bien. La lenteur de la politique d'autorisation (longs délais d'exécution et lourdeur des procédures d'appel) est un obstacle aux activités de construction belges. Cela sape la volonté d'investissement des développeurs pour démarrer de nouveaux projets.

  • Bâtiments durables
    Dans les années à venir, il y aura une demande croissante pour des bâtiments économes en énergie et respectueux de l'environnement.
  • Numérisation et modélisation des informations du bâtiment (BIM)
    En modélisant numériquement l'ensemble du processus de construction, la collaboration, l'efficacité et la communication entre les partenaires de construction s'améliorent.
  • Préfabrication et construction modulaire
    La préfabrication d'éléments de construction en usine offre des avantages tels qu'un temps de construction plus rapide, moins de coûts d’inefficacité, moins de déchets et un meilleur contrôle de la qualité.
  • Rénovation et réaffectation
    En partie en raison de la durabilité, l'accent sera de plus en plus mis dans les années à venir sur la rénovation et la réaffectation des bâtiments existants plutôt que sur de nouvelles constructions.
  • Circularité
    Minimiser les déchets et maximiser la réutilisation des matériaux.
  • Technologies innovantes
    Les développements technologiques tels que l'impression 3D, la robotique, les drones et les techniques de construction intelligentes augmentent l'efficacité, la sécurité et la productivité dans le secteur de la construction.

L'année dernière, près de 10 000 entreprises ont fait faillite en Belgique. Cela représente une augmentation de 42 % par rapport à 2021. L'industrie hôtelière et la construction en représentaient la majorité. Par exemple, un nombre record d'entreprises de construction ont fait faillite au dernier trimestre 2022 (574, Statbel). De plus en plus d'entreprises de construction ont du mal à faire des profits. De nombreuses entreprises travaillent au seuil de rentabilité, voire à perte, en espérant que la situation s'améliorera bientôt.

Les entreprises de construction ne peuvent souvent absorber que partiellement les coûts plus élevés en augmentant leurs prix. Pour les installateurs et les entrepreneurs en particulier, il est difficile d'expliquer aux clients finaux ce qu'il en est. Le consentement à payer du client final a ses limites. Il s'agit de trouver l'équilibre entre les coûts qui peuvent être répercutés et ceux qui ne le peuvent pas. Nous constatons également une tendance vers des solutions de produits moins chères.

La construction est un secteur très concurrentiel. Une entreprise peut décider de répercuter les coûts plus élevés sur le client final, mais ce faisant, elle court le risque que la mission revienne à quelqu'un d'autre. Il en va de même pour les appels d'offres publics. Si l'offre est trop élevée, le contrat ne sera pas conclu. Les entreprises de construction sont aux prises avec des marges minimales, de nombreuses entreprises de construction étant également aux prises avec des dettes croissantes. Nous constatons que les factures sont payées de plus en plus tardivement, ce qui signifie que les entreprises de construction s'attirent des ennuis parce que leur trésorerie est sous pression. La conséquence logique de cela est que les défauts de paiement et les faillites vont augmenter. Même les entreprises saines peuvent être affectées. Une grosse facture impayée est un cauchemar pour de nombreux entrepreneurs.
En souscrivant une assurance-crédit, les entrepreneurs peuvent se concentrer sur leur cœur de métier. Nous avons une solution pour chaque type d'entreprise. Qu'une facture soit payée ou non n'est plus un souci, les entreprises sont sûres de recevoir leur argent. Cela apporte de la sécurité et élimine l'anxiété. Avec notre assurance-crédit, nous prenons en charge les risques d’impayés pour l'entreprise. Un client ne paie pas la facture ? Alors, nous indemnisons l'entreprise. De plus, les entreprises qui souscrivent une assurance-crédit auprès de nous reçoivent des informations sur la solvabilité de leurs clients (potentiels). Nous analysons quotidiennement la situation financière des clients et prospects.

Malgré les nombreux signaux négatifs pour 2023, les perspectives à long terme sont favorables à la construction. Nous prévoyons une forte augmentation des commandes pour rendre les maisons plus durables. Le monde des affaires est également confronté à la transition énergétique. L'objectif européen d'être climatiquement neutre d'ici 2050 stimulera la demande de travaux de rénovation et d'isolation.

Le secteur de la construction a une énorme opportunité pour répondre à la transition énergétique sur le long terme. Bien qu'il y ait encore un manque de vision et de coopération, il appartient au gouvernement d'apporter de la clarté aux particuliers et aux entreprises par le biais de campagnes d'information. Un coup de main est également nécessaire de la part du secteur financier. De nombreuses personnes et entreprises ignorent ce qui est possible et ce qui ne l'est pas. Les banques peuvent aider et apporter de la clarté.

Autre signe positif, les carnets de commandes sont encore relativement bien remplis et le secteur belge de la construction s'est mieux comporté l'an dernier que les secteurs de la construction des pays voisins. La performance relativement bonne du secteur belge de la construction en 2022 est due à plusieurs facteurs, tels que la réduction du taux de TVA pour la démolition et la reconstruction, la forte demande de nouvelles constructions et de rénovations pendant la pandémie qui s'est poursuivie en 2022 et diverses mesures énergétiques régionales.

Après une période de baisse, la confiance des entrepreneurs dans le secteur de la construction semble se stabiliser. Cela s'explique en partie par les prix de l'énergie, qui se normalisent quelque peu. L'inflation (à un niveau plus élevé) semble également maîtrisée. La reprise après 2023 ne sera pas très rapide. Nous prévoyons qu'il faudra probablement jusqu'en 2025 pour que le secteur rebondisse au-dessus des niveaux d'avant la pandémie.

Vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont l'assurance-crédit peut également soutenir votre entreprise ? Ou vous avez d'autres questions ?

78 results

secteur-construction

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

tourisme

juin 13, 2024

Les touristes confrontés à des prix plus élevés cet été

Les touristes doivent s’attendre à une forte hausse des prix des hôtels et des billets d’avion cet été. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’assureur-crédit Allianz Trade. En savoir plus.

enquete-exportateurs

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

78 results