commerce-mondial

Comment le commerce mondial absorbe-t-il les impacts de la Covid-19 et de la guerre en Ukraine ?

D'abord le Covid-19, maintenant la violence de la guerre en Ukraine ; quel est leur impact sur le commerce mondial ? Notre bureau d'études a publié un rapport sur le sujet. Celui-ci couvre également les conséquences des nouveaux confinements en Chine. Dans cet article, nous présentons les conséquences essentielles.

Tout d'abord, nous nous concentrons sur l'effet de l'invasion russe sur la croissance économique mondiale. Nous avons abaissé la prévision de croissance pour 2022 à 3,3% et pour 2023 à 2,8%. La Russie elle-même est la plus durement touchée. Le pays va tomber dans une profonde récession cette année avec une baisse d'au moins 8%.

Près des deux tiers de notre révision à la baisse de la croissance mondiale sont dus à la perte de confiance et aux problèmes des chaînes d'approvisionnement. Le reste de la perte de croissance provient de la hausse des prix des matières premières. Non seulement l'inflation mondiale augmente plus vite que prévu, mais la hausse sera aussi plus durable. Nous prévoyons que l'inflation atteindra 6 % en 2022, soit près de 2 % de plus que les estimations précédentes.

Si le conflit devait encore s'aggraver, cela conduirait à des sanctions et des contre-sanctions encore plus sévères (y compris sur l'approvisionnement énergétique). Dans un scénario aussi défavorable, l'inflation grimperait à 7,0 %, tandis que la croissance économique chuterait à 2,5 %. En conséquence, l'économie mondiale entrerait en récession en 2023.

Nous prévoyons que la croissance du commerce mondial passera de 6 % à 4 % en 2022. Bien que le rôle de la Russie dans le commerce mondial soit limité, les exportateurs d'Europe centrale et orientale en particulier peuvent subir des pertes importantes. Les principaux produits d'exportation russes sont les engrais, les métaux (par exemple le fer, l'acier, l'aluminium, le cuivre, le nickel et l'étain) et les denrées alimentaires (par exemple le blé). La production automobile, en particulier en Europe, est frappée par des pénuries de métaux et de gaz essentiels à la production de semi-conducteurs et d'autres composants.

Le commerce mondial est également aux prises avec la persistance des restrictions sanitaires en Chine en réponse aux nouvelles épidémies de Covid-19. Prenons par exemple le port de marchandises de Shanghai, le plus grand du monde. De longues files de porte-conteneurs y sont à l'arrêt. Il en va de même dans plusieurs autres ports chinois. C'est en partie pour cette raison que les problèmes au sein des chaînes d'approvisionnement persistent.

Avec les sanctions commerciales contre la Russie, le pétrole et le gaz, le blé et certains métaux et gaz industriels connaissent une extrême volatilité des prix en raison des pénuries d'approvisionnement. Les prix du gaz naturel en Europe devraient rester élevés en raison de la forte dépendance au gaz russe. Toutefois, nous nous attendons à ce que le prix du pétrole baisse à nouveau progressivement dans les prochains mois. L'offre et la demande vont se normaliser.

L'inflation continue d'augmenter. C'est en partie pour cette raison que les banques centrales américaine et européenne (FED et BCE) ont décidé de réduire leur programme d'achat d'obligations. La FED a annoncé 5 hausses des taux d'intérêt pour cette année et 4 pour l'année prochaine. La banque européenne pourrait également suivre avec des hausses de taux d'intérêt l'année prochaine.
Si l'on considère le commerce mondial (biens et services), on constate des volumes plus faibles et des prix plus élevés pour 2022. En lien avec le recul de la croissance économique, on constate également une baisse du volume du commerce mondial, à savoir de 2 points de pourcentage (4,0% au lieu de 6%). La croissance de la valeur des échanges mondiaux montre une image différente : elle augmente plus que prévu en raison de la hausse des prix. Non 7,2% mais 10,9%.
La guerre a entraîné une perte de 480 milliards de dollars d'exportations. Non seulement vers la Russie, mais aussi vers la zone euro. Une rupture complète des relations commerciales coûtera aux quatre plus grandes économies de la zone euro jusqu'à 0,4 % de leur PIB et 1,1 % de leurs exportations. Les entreprises d'Europe de l'Est sont les plus vulnérables à cet égard. C'est particulièrement vrai pour la Moldavie, la Slovaquie, la Serbie, la Slovénie et la République tchèque, où les exportations dépassent 1,5 % du PIB.
Les coûts commerciaux sont poussés à la hausse par l'augmentation des prix du pétrole. Nous constatons également que les coûts du transport par conteneurs augmentent en conséquence. Les prix du Brent et du fret conteneurisé présentent une corrélation de 90% depuis 2020. Cela signifierait que nous nous dirigeons vers un niveau record de 14 000 USD/FEU pour les taux de fret.
Les principaux produits en provenance de Russie sont l'énergie (pétrole et gaz, 9 % des exportations mondiales), les métaux (dont l'aluminium, le palladium et le nickel, 3 % des exportations mondiales) et les produits agroalimentaires (dont le blé et le maïs, 2 % des exportations mondiales). Les pays les plus vulnérables par rapport à ces produits sont la Bulgarie, la Lituanie et la Hongrie. Certains pays d'Europe occidentale et septentrionale figurent également parmi les 20 pays les plus vulnérables, notamment les Pays-Bas, la Suède, l'Italie et l'Allemagne.
La hausse de l'inflation et l'annonce d'une hausse des taux d'intérêt aux États-Unis poussent les coûts de financement à la hausse. Pour cette année, nous prévoyons cinq nouvelles hausses de taux d'intérêt aux États-Unis en 2022 (et quatre en 2023). En conséquence, le dollar continuera de s'apprécier. Les recherches montrent qu'un dollar plus cher (en tant que principale devise de facturation du commerce mondial) se fait au détriment du volume des échanges. Une appréciation de 1% du dollar réduira le volume total du commerce mondial de -0,6 à -0,8%.

78 results

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

juin 13, 2024

Les touristes confrontés à des prix plus élevés cet été

Les touristes doivent s’attendre à une forte hausse des prix des hôtels et des billets d’avion cet été. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’assureur-crédit Allianz Trade. En savoir plus.

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

78 results