Après une campagne électorale dominée par les thèmes de la baisse du pouvoir d'achat et de la flambée des prix de l'énergie, l'heure est à la réalité économique en France. Les 100 premiers jours du deuxième mandat de Macron doivent établir une feuille de route pour s'attaquer à trois problèmes nécessitant des réformes urgentes.
Alors que la BCE prépare le terrain pour un resserrement de la politique monétaire, nous estimons qu'une augmentation de 100 points de base du taux directeur augmenterait le coût du service de la dette de la France de plus de 30 milliards d'euros sur 10 ans (1,5 % du PIB). Dans ce contexte, la réforme des retraites doit être rapidement remise sur la table. Nous estimons que le relèvement de deux ans de l'âge de la retraite pourrait réduire les dépenses publiques de retraite de près de 2 % du PIB par an, ce qui équivaut à environ 40 milliards d'euros, qui pourraient être exploités pour stimuler une croissance durable et accélérer la transition verte.
Nous estimons que les marges des entreprises non financières doivent augmenter de 1,5% en moyenne afin d'absorber l'augmentation restante de 8,7% du ratio dette des entreprises/PIB depuis l'épidémie de Covid-19. Cependant, les marges devraient chuter de 2,3% d'ici mi-2023. Dans le même temps, les ménages français détiennent près de 250 milliards d'euros de liquidités excédentaires par rapport à l'époque pré-Covid, qui devraient être de plus en plus orientées vers des investissements de long terme (décarbonisation, digitalisation, investissements productifs des entreprises) plutôt que vers le marché du logement.
La France est clairement sous-performante par rapport à ses pairs de la zone euro en matière de performances à l'exportation et est fortement exposée aux perturbations et aux pénuries de la chaîne d'approvisionnement. La guerre en Ukraine a mis en évidence l'urgence d'atteindre l'indépendance énergétique et d'accélérer le développement des sources d'énergie non fossiles, ainsi que de repenser la spécialisation sectorielle. Le déficit énergétique de la France pourrait atteindre 75 milliards d'euros en 2022, soit 2,9% du PIB (contre 1,9% du PIB en 2019). Dans ce contexte, elle a besoin d'une feuille de route claire pour réviser sa politique industrielle et augmenter sa capacité de production en s'appuyant davantage sur les technologies numériques, les processus de fabrication et d'usinage automatisés et les sources d'énergie propres.

77 results

secteur-construction

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

enquete-exportateurs

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

epargne-europeenne

avr. 19, 2024

Les Belges ont de plus en plus d’argent

Le montant moyen que les Belges ont économisé par an au cours des 20 dernières années est de 2 380 euros.C'est ce qui ressort de notre rapport sur les capitaux privés dans les principaux pays de l'UE.

77 results