La crise du coronavirus et la guerre en Ukraine ont montré à quel point la mondialisation vulnérabilise les pays et les entreprises. De nombreux entrepreneurs sont victimes de la perturbation des chaînes d'approvisionnement et recherchent des fournisseurs plus proches de chez eux. Mais ne pensez pas que nous ayons fait une croix sur la mondialisation.

Des tendances contradictoires se manifestent en son sein. Tant pour la Russie que pour la Chine, on constate que des barrières commerciales sont érigées au niveau mondial. Mais on voit aussi émerger de nouvelles relations commerciales. Nos propres recherches montrent qu'en 2022 le nombre de blocus commerciaux n'a pas augmenté, mais a en fait légèrement diminué. Le commerce mondial s'adapte aux circonstances.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine mobilise beaucoup d'attention. En effet, beaucoup de choses ont changé. Les États-Unis importent beaucoup moins de produits chinois. Une bonne partie provient désormais des pays asiatiques voisins. En théorie, ceci ne change pas grand-chose à la notion de mondialisation.

Bien que l'économie chinoise soit moins florissante, le rôle de la Chine dans le commerce mondial reste extrêmement dominant. C'est particulièrement vrai pour certains secteurs spécifiques tels que l'informatique, les télécommunications, l'électronique, les appareils électroménagers, les métaux, les voitures, les transports, les produits chimiques et les machines et équipements. Ensemble, ces secteurs représentent plus de la moitié du commerce mondial.

Ce que la Chine achète ailleurs dans le monde ne représente qu'une part minime de la production mondiale (0,8 %). À l'inverse, en tant que vendeur, la Chine est le leader absolu dans le monde. Le pays exporte pour près de 3,4 milliards de dollars de marchandises. Les États-Unis sont loin derrière avec 1,8 milliard et l'Allemagne arrive en troisième position avec 1,4 milliard de dollars.

Dans quelle mesure les États-Unis et l'Europe sont-ils dépendants des produits chinois ? Nos recherches montrent que la Chine est le fournisseur essentiel des États-Unis pour 276 types de produits et de l'Europe pour 141 types de produits. La Chine ne dépend que de 22 types de biens pour lesquels les États-Unis sont le fournisseur essentiel et de 188 types de biens dont c'est l'Europe. Si les relations commerciales entre la Chine d'une part et les États-Unis et l'Europe de l'autre venaient à se rompre complètement, les États-Unis et l'Europe auraient clairement plus à perdre que la Chine.
Quels pays sont les plus susceptibles de prendre la place de la Chine pour ce qui est des États-Unis et de l'Europe ? Selon nos chercheurs, il s'agit
Les États-Unis et l'Europe pourraient également intensifier leurs propres relations.

Ce qui est frappant dans la mondialisation, c'est qu'elle évolue à la fois géographiquement et au niveau sectoriel. Par exemple, on constate la croissance du commerce intra-régional (notamment en Asie-Pacifique et en Afrique) en raison de la multiplication des accords commerciaux régionaux.

La mondialisation est également portée par le développement de certaines technologies et de certains secteurs. Les secteurs suivants sont les plus importants en termes de mondialisation :

  • Informatique et télécommunications, électronique, électroménager (14% du commerce mondial)
  • Métaux (14% du commerce mondial)
  • Voitures et moyens de transport (9% du commerce mondial)
  • Produits chimiques (9% du commerce mondial)
  • Machines et équipements (5% du commerce mondial)

Ensemble, ces 5 secteurs représentent plus de la moitié du commerce mondial.

78 results

juin 16, 2024

2024 : année difficile pour le secteur de la construction

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur de la construction est confronté ? Et quelles sont les opportunités ? Nous avons réalisé une analyse à ce sujet. Découvrez-la dans cet article.

juin 13, 2024

Les touristes confrontés à des prix plus élevés cet été

Les touristes doivent s’attendre à une forte hausse des prix des hôtels et des billets d’avion cet été. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’assureur-crédit Allianz Trade. En savoir plus.

mai 21, 2024

Enquête sur les attentes des exportateurs 2024

Au niveau mondial, 82 % des exportateurs prévoient une reprise économique d'ici à 2024. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle sur le commerce mondial réalisée par Allianz Trade.

78 results